Amaya Gaming et GVC relancent bwin.party et lui proposent une offre à 1.4$ milliard

img auteur
Par LE 10.07.2015
Amaya Gaming et GVC relancent bwin.party et lui proposent une offre à 1.4$ milliard

Comme nous l’avons vu il y a quelques mois, plusieurs firmes de jeux étaient intéressées pour racheter bwin.party, qui avait annoncé être en négociation et ne pas avoir à l’époque de prétendant assuré.

Tout récemment, l’alliance Amaya Gaming/GVC Holdings a fait une offre sérieuse d’environ 1.4$ milliard.

L’offre la plus concrète pour le moment

Les sociétés GVC Holdings (propriétaire entre autres du bookmaker SportingBet) et Amaya Gaming (qui a acheté les salles de poker Full Tilt et Pokerstars pour 4.9$ milliards) ont décidé de mettre leur intérêt en commun avec une offre de bwin.party pour environ 1.4$ milliard - plus exactement 900£ millions.

« Nous sommes toujours en discussion avec bwin.party et nous ne souhaitons pas commenter sur le détail des négociations. » a précisé un porte-parole de GVC.

Depuis la fin 2014, bwin.party est en discussion avec plusieurs entités comme les deux cités précédemment mais également des groupes comme 888Holdings ou Playtech.

Amaya Gaming est de loin l’intérêt le plus important avec sa récente acquisition des salles de poker Pokerstars et Full Tilt. En rachetant bwin.party, Amaya s’assurerait de prendre le contrôle d’une autre salle de poker d’importance : PartyPoker. La situation de monopole ne serait pas si lointaine pour la firme… Ce qui est rarement une bonne nouvelle pour les joueurs.

L’opération permettrait aussi à Amaya d’avoir un pied sur le marché US avec la position de PartyPoker au New Jersey. Pour le moment, Pokerstars n’a pu obtenir d’autorisation pour proposer ses services aux joueurs en ligne américains.

Acquérir PartyPoker serait aussi une bonne façon d’empêcher 888Holdings (qui représente 888poker, 888casino et 888games) de l’avoir et de consolider sa position sur le poker en ligne mondial.

Les marchés n’ont que peu réagi à cette annonce de 1.4$ milliard. Nous saurons dans les semaines à venir si celle-ci va se concrétiser ou non. 

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.